DAVID, 28 ANS, AIDE-SOIGNANT A GUERET

PrintFriendly and PDF

La rencontre

A peine arrivée à Guéret, je m’apprêtais à m’attabler au bord du lac pour pique-niquer, que David, en vélo également, vint m’aborder. Cela m’a laissé une belle image de cette ville de 14 000 habitants, que j’ai alors perçue comme fort accueillante.

Son univers

Son parcours de vie

David est né à Guéret, de parents enseignants. Il est fils unique. Il y a aussi fait son école d’aide-soignant. Il se disait qu’il n’aurait pas la patience de gérer une classe. Aujourd’hui, il envisage d’évoluer vers le métier d’infirmier, car cela fait déjà sept ans qu’il est aide-soignant.

David se plaît bien à Guéret car il aime la nature, il ne se verrait pas vivre à Paris, même si beaucoup de ses amis sont partis. A l’inverse, beaucoup de parisiens viennent ici à la retraite.

Ses sujets d’intérêt

Le travail

Aide-soignant n’était pas forcément une vocation à la base, mais il fallait bien travailler et à Guéret c’est difficile. La majeure partie de la population est fonctionnaire et la plupart des commerces ont fermé. Le secteur de la santé est un des rares qui recrute, la population est vieillissante.

Pour David, le travail est avant tout un moyen de gagner sa vie. Son travail d’aide-soignant, au début, l’intéressait. Puis, il a vu les conditions se dégrader, il n’a plus de temps à consacrer aux patients, pour échanger avec eux. Tout est question d’argent, de budget et d’économies. Il fait beaucoup d’heures supplémentaires et c’est devenu « l’usine », l’ambiance se dégrade.

S’il peut évoluer vers le métier d’infirmier, David voudrait être libéral, pour pouvoir gérer lui-même son affaire.

Le revenu de base

David pense que le revenu de base pourrait être une bonne idée. Mais il faudrait pouvoir le financer, cela doit être possible, car on a bien trouvé de l’argent pour sauver la banque Dexia. Dans son cas, même avec le revenu de base, il continuerait à travailler, il a tendance à vite s’ennuyer. Il pourrait en profiter pour suivre sa formation d’infirmier ou choisir de travailler à mi-temps pour profiter plus des activités sportives. Il aurait un peu de temps pour soi et un peu pour les autres.

L’immigration

David dit qu’à titre personnel, l’immigration ne le dérange pas. Il faudrait pouvoir accueillir les gens, mais le marché du travail est catastrophique, et sans travail, c’est dur de s’insérer. La question est « peut-on accueillir toute la misère du monde ? », et la réponse est malheureusement non. Pourtant, c’est vraiment triste de voir la situation des immigrés. Les dictateurs ont été virés de certains pays mais cela a conduit à des guerres civiles ou à la montée des extrémismes. C’est comme devoir choisir entre la peste ou le choléra. Il faudrait être plus sélectif et rigoureux vis-à-vis des pays auxquels on vend des armes.

La culture, les arts

David apprécie que la ville de Guéret essaie de réaliser des actions culturelles, comme les nuits de Guéret, ou qu’elle ait construit une médiathèque. Mais c’est certain qu’elle ne peut pas faire comme une ville de 200 000 habitants. D’ailleurs, il n’y a même plus de boîte de nuit à Guéret.

L’agriculture et l’alimentation

Dans la région, il y a essentiellement de l’élevage de vaches limousines. David fait attention à ce qu’il mange, surtout pour son poids. Il mange de la viande, mais ne regarde pas nécessairement sa provenance. En revanche, il distingue bien plusieurs types d’agriculteurs entre les petits producteurs et les gros exploitants qui ont des tracteurs comme des « chars d’assaut » et ont transformé les champs en usine, comme cela a été le cas pour l’hôpital. Il y a en commun dans les deux cas, toujours plus d’impératifs de productivité.

Il se souvient qu’un jour, en VTT avec ses amis, ils ont découvert qu’un petit chemin sympa qu’ils avaient emprunté quelque temps avant avait été transformé en piste très large et les buissons arrachés pour faire passer un gros tracteur. L’agriculture intensive crée beaucoup de pollution. L’an dernier à Guéret, il y a eu des cyano-bactéries (algues qui prolifèrent). La baignade à la base de loisirs a été interdite, cela a été un sacré coup pour le tourisme. Selon David, cela venait probablement des pesticides qui ravinent depuis les champs. Cette année, il n’y en a pas. Peut-être à cause de la sécheresse.

Des circuits courts commencent à se développer, mais c’est compliqué, car il n’y a même plus d’abattoir à Guéret. Le seul qui reste est à côté de Limoges.

Le logement

Un deux pièces en location à Guéret coûte environ 450€, un quatre pièces, environ 700€. Ce n’est pas vraiment bon marché, eu égard aux faibles salaires dans la ville, ou alors, il faut s’éloigner à une vingtaine de kilomètres. C’est d’ailleurs étrange, parce qu’il semble qu’il y ait plus d’offres que de demandes. L’encadrement des loyers serait une bonne chose. David envisage plutôt d’acheter un bien.

L’environnement, le climat,la COP 21

David se dit touché par les questions environnementales. C’est un sujet important pour les générations futures. Il s’interroge sur ce qu’on va leur laisser. Même en Creuse, il ne pleut plus, les anciens disent que ça fait longtemps qu’ils n’ont pas vu d’été aussi sec que cette année. Le changement climatique est une question compliquée à appréhender, contrairement à la pollution dont on connaît l’origine. Il a l’impression que c’est le combat de David contre Goliath. Comment un citoyen lambda peut-il empêcher les multinationales, telles que Monsanto, de tourner et de faire ce qu’elles veulent. C’est le business avant tout.

Les énergies et le nucléaire

Plus tard, David aura une maison avec des panneaux solaires ou de la géothermie. En Creuse, se chauffer dans une maison ancienne coûte très cher. On utilise beaucoup le bois. En ce qui concerne le fuel et le gaz, c’est démodé, il faut passer à autre chose. Dans 50 ans, il n’y aura plus de pétrole.

Foncièrement David est contre le nucléaire, c’est bien trop dangereux, mal géré et peu sécurisé. Pourtant, c’est difficile de trouver des solutions alternatives.

Les transports

Dans Guéret, David se déplace en voiture, à pied ou en vélo. Il trouve que la création de l’agglobus est une bonne chose, même si au départ, le projet a été sur-dimensionné. Les bus étaient trop grands eu égard à la demande et à la structure de la Ville. Mais l’agglomération est en train de rectifier ce point.

Le système démocratique

David vote, mais souvent blanc. Ces gens-là le désolent, notamment François Hollande. Il est en colère contre son cinéma lors du discours du Bourget « Mon ennemi c’est la finance ». C’est honteux pour un socialiste. Le recours au 49.3 dans le passage de la loi Macron est un truc hallucinant. On se fiche de la démocratie.

Même s’il n’a pas trop suivi les débats autour du référendum grec, David pense que leur sortie de l’Europe serait une catastrophe, car après la Grèce, ce sera un autre pays, puis un autre, etc.

A Guéret, la politique est beaucoup basée sur la franc-maçonnerie et des confréries. Cela fonctionne beaucoup au piston.

La base pour restaurer la confiance dans la politique, ce serait que les représentants élus tiennent leurs promesses. Aujourd’hui aucun homme ou femme politique ne lui inspire cette confiance. Il faudrait aussi supprimer le sénat qui ne sert à rien.

Le Front National

La montée du FN n’est pas finie. Elle est à l’image de la société, les gens sont montés les uns contre les autres. C’est comme si on était revenu au temps de l’occupation, lors de la second guerre mondiale. Tout le monde est suspicieux, alors qu’au contraire, il faudrait s’entraider. Marine Le Pen est très maligne et veut le pouvoir, le danger est là.

Europe-écologie-les-verts

EELV est un mouvement très léger dans la région. David n’aime pas les écologistes extrémistes, par exemple ceux qui disent qu’il faut supprimer les voitures.

Parmi ses représentants, il me cite Cécile Duflot, comme quelqu’un « qui ne le dérange pas ». Il dit qu’elle a été au pouvoir, et qu’elle a claqué la porte, parce qu’elle n’a pas été entendue.

Le problème des petits partis, c’est qu’ils ne pèsent rien face au rouleau compresseur FN / UMP / PS. Pour gouverner, ils ne pourront jamais avoir de majorité et devront faire des alliances. La France n’est pas un pays facile à gouverner.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *