Danièle, 70 Ans, Retraitée qui doit travailler, Bourges

PrintFriendly and PDF

Danièle m’a hébergée un soir, près de Bourges, alors que je trouvais le camping municipal hors de prix. Elle est frénétique, aime beaucoup discuter et ne s’arrête jamais. On ne dirait pas, mais elle a 70 ans passés. Comme l’entreprise pour qui elle a été commerciale pendant 15 ans n’a pas reversé les cotisations à la complémentaire retraite, elle ne dispose que d’une toute petite pension. Pourtant, elle n’est pas aigrie, elle se bat, elle fait des ménages, s’occupe de personnes encore plus âgées. Parfois, elle leur apporte des fraises ou des confitures de son jardin. Mais elle commence à fatiguer. Alors, elle a eu l’idée d’accueillir des gens dans sa maison, à présent vide puisque ses enfants et petits-enfants sont trop grands pour s’y rassembler comme autrefois . Elle aime le contact, ses chats, son jardin.

Jardin qu’elle me fait découvrir avec passion. C’est un potager avec de la vie. Les fleurs, plantes aromatiques, fruits et légumes y poussent où ils veulent. A ma droite les pieds de fraise foisonnent et je regrette de n’être pas passée plus tôt. Plus loin les carottes semblent avoir trouvé leur place. Cette année, les salades ont trop chaud, elles s’ouvrent trop vite. Les tomates seront bientôt mûres et les pommes de terre se préparent. Un fruitier apporte un peu d’ombre. Les oignons eux sont cantonnés dans des pots, sous peine de se faire déloger par les taupes. Le jardin embaume de mélisse et de sauge. J’en ferai voyager des brins avec moi et leur parfum me suivra une partie du voyage. Danièle ne veut pas utiliser de désherbant, car ça tue les coccinelles. Alors, elle arrache ce qu’elle peut, à la main.

Elle voudrait bien pouvoir aller à Mehun en vélo pour faire ses courses, c’est seulement à 3 km. Mais avec la nationale c’est impossible, elle a pourtant bien essayé.

Danièle me dit que les politiques, ils ne font rien pour la planète. Ils ne s’occupent pas de la France, mais d’eux-mêmes, d’avoir une place, de l’argent, une retraite à vie. On va à la catastrophe avec les usines à mille vaches, le gaz de schiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *