Les 19, 20 et 21 juillet : l’autre Corrèze

PrintFriendly and PDF

Dimanche 19 juillet 2015 : De Châteauneuf-la-forêt à Chamberet

Sur la route de Chamberet

Sur la route de Chamberet

Ce matin là, on attend toujours la pluie qui ne vient jamais. Au moins le temps est clément pour attaquer la longue et continue montée qui va rejoindre Châteauneuf à Surdost avant de redescendre sur Chamberet.

J’y arrive sur les coups de 10h30 et me sens en pleine forme. Il y a un petit marché et je pars y faire un tour, avant, dans mon esprit, de reprendre la route et pousser jusqu’à l’étape du lendemain au pont de Peyrissac. Je me ravitaille en nougat aux myrtilles local et m’approche du stand de pesto à l’ail des ours pour agrémenter mes coquillettes. J’y fais la connaissance d’Alexandre, qui rapidement me propose de venir planter la tente dans son jardin, près d’Uzerche. Il y aura peut-être d’autres amis pour déjeuner et je pars acheter un bon paquet de pâtes bio. Il suffit que j’attende 13 heures que le marché soit fini.

Finalement, ses amis ne viennent pas mais je vais faire la connaissance d’Esterelia sa copine et d’Ililiana, leurs petite fille de 3 ans. C’est un rayon de soleil, elle se marre tout le temps.

Magnifique Ililiana

Magnifique Ililiana

Esterelia et Alexandre ont récupéré leur maison depuis peu, ils la retapent, et en échange ils ne paient pas de loyer et Alexandre peut cultiver ses plantes aromatiques bio. Estrelia, quand à elle vient de finaliser une formation d’art-thérapie.

Ils ont un parcours incroyable. Ils ont vécu en camion, sillonné l’Amérique du Sud, sont partis vivre en Inde quand Ililiana avait quelques mois, tenté une expérience de vie dans une communauté de vie à Toulouse, tenté un projet de réhabilitation d’une ferme dans le Limousin, avant de venir finalement se poser ici, au lieu-dit Cluzac. Il se dégage ici une sérénité incroyable. La vie se fait au contact de la nature sans contrainte.

C’est d’ailleurs comme ça qu’ils font grandir Ililiana, selon les principes de la parentalité bienveillante.

D’ailleurs, il y a un pique-nique organisé par l’association RPS (Ressources Parents Limousin) sur les bords du lac de Masseret. Ils me proposent de les y accompagner.

A la base de loisirs de Masseret

A la base de loisirs de Masseret

Il y a des petits bébés et enfants partout, mais cela ne crie pas. Tout le monde dégage une sorte de bonheur et de sérénité. Ils expriment le besoin de ne pas se sentir seul et de se retrouver, tout en évitant le biais de rester trop centrés sur eux mêmes. Les parents discutent de leur vision de l’éducation. Sans dogme, avec respect les uns pour les autres, ils échangent sur la place de l’école dans l’éducation, le voyage en itinérance avec des enfants, l’accouchement à domicile, le portage, l’allaitement.

Dans chacun des cas, ils souhaitent prendre du recul par rapport à une forme de pensée unique, dans un sens comme dans l’autre. Ils expriment leur vécu et disent attendre du groupe qu’on les rassure lorsqu’ils n’y arrivent pas, plutôt que de leur montrer comment faire.

Je fais la connaissance de Bertrand et d’Aurélie, discute avec Aurélie dont je ferai le portrait. Ils me propose de venir passer une nuit à Vigeois. J’irai le lendemain avec Alexandre et Iliana.

Lundi 20 juillet 2015 : de Uzerche à Vigeois

J’ai dormi dans la tente déjà installée dans le jardin. Il y a beaucoup plus de bruits de la nature qu’au camping mais la nuit est bonne. Ce matin, pendant qu’Alexandre joue avec Ililiana dans le potager et à faire de la cuisine pour de semblant, je travaille un peu. Là c’est juste le bonheur. Alexandre fait pousser son basilic, une variété a une odeur de citron. Les haricots grimpent avec fougue vers le ciel. Un loir mort sur le bord des plantations de camomille prendra une vocation pédagogique pour Ililiana qui choisira de le laisser le long de la haie plutôt que de l’enterrer, pour que les autres animaux soient contents.

Ililiana et le loir

Ililiana et le loir

Le déjeuner est à l’image du jardin, gouteux, odorant. Nous partageons courgettes, haricots frais et toujours le pesto fabrication maison. Ma crème mont blanc au chocolat version produit transformé n’a aucun succès.

Récolte de haricots verts

Récolte de haricots verts

Nous partons ensuite pour Vigeois, où il y a aussi une base de loisirs. Ce sera une journée repos. Alexandre et Esterelia repartent, je reste diner et camper sur le terrain d’Aurélie et Bertrand. Nous refaisons le monde, sous le ciel étoilé.

Ililiana sur les épaules de son papa, Alexandre

Ililiana sur les épaules de son papa, Alexandre

Mardi 21 juillet 2015 : De Vigeois à Saint-Germain les Vergnes

Tente plantée au Vigeois, levé de soleil

Tente plantée au Vigeois, levé de soleil

Lorsque que je quitte Vigeois au petit matin, tout le monde dort encore. J’entame mon ascension matinale me demandant si je vais à Saint-Germain ou à Tulle. Il fait déjà chaud, je ne suis pas certaine qu’il y ait un camping à Tulle, je me poserai à Saint-Germain et ce sera une petite étape de reprise. Au bar de la poste, je lis « La Montagne », la colère des éleveurs. Une dame se tâte à me proposer son jardin. Je n’insiste pas, où plutôt sur une discussion, car finalement j’aime bien aller au camping. Cela fait fonctionner l’économie locale, on y a de l’eau pour prendre sa douche, du wifi et les gens y sont généralement sympas. En plus, ici pour la première fois il y a une piscine. Et c’est un petit camping familial au bord d’un étang, sans prétention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *