16 et 17 juillet : ça devient du sport

PrintFriendly and PDF

Jeudi 16 juillet 2015 – de Guéret à Soubrebost

Le départ de Guéret fut matinal, 7h30 mais sûrement pas assez au vu des températures et côtes annoncées. J’ai beaucoup aimé cette ville, calme et simple où les différences sociales semblent gommées, car ici tout le monde essaie de s’en sortir comme il peut.

Quelque part vers Maisonnisses

Quelque part vers Maisonnisses

De bon matin, je m’attaque au Maupuy. Un peu à pied quand même, j’arrive au sommet. Je sillonne la campagne creusoise et m’attaque à nouveau à un bon dénivelé à Saint-Christophe. Par deux fois, les chevreuils surgissent devant moi.

Lac de Chignat, près de Soubrebost

Lac de Chignat, près de Soubrebost

L’heure de la pause arrive et je monte au village de Savennes, me poser comme à mon habitude, près de l’église, faute de bar. Rapidement une dame me propose de l’eau. C’est Cécile, elle est surveillante au collège de Guéret et vient d’aménager ici avec ses deux fils. Son accueil est des plus chaleureux. Je ne refuse ni le café, ni les gaufres qu’elle me propose. Elle m’apparaît passionnante. Nous discutons un peu, mais l’heure avançant et la canicule avec, je dois reprendre la route.

Café tabac abandonné

Café tabac abandonné

Après un petit détour dans une ferme perdue au fond d’un long cul de sac et les bons conseils de la vieille dame qui me remet dans le droit chemin, me voilà à Pontarion. Cette ville est vraiment triste. Ce qui fut jadis un bourg n’est plus qu’une ombre sur le passage des camions. Restaurant, boulangerie, boucher, tout a fermé. Seule survit une petite supérette où la dame à la caisse s’étonne que je ne me sois pas chargée d’une bombe lacrymogène pour mon voyage. Elle reconnaît d’elle même qu’elle doit trop regarder la télé.

Le petit somme après le pique nique est fatal. Il fait vraiment trop chaud pour m’attaquer à la montée de Soubrebost, même à pied. Je tends le pouce. Après quelques minutes, c’est un jeune, lui aussi membre du club de vélo de Guéret qui s’arrête et me dépose au camping. Beaucoup de jeunes et moins jeunes font du vélo ici. Il me parle de la nouvelle génération de cyclistes qui met un point d’honneur à rouler propre.

Les poules de Chignat aiment bien mon vélo

Les poules de Chignat aiment bien mon vélo

Le camping fait aussi chambre et table d’hôtes. Il est tenu par des anglais. J’apprends que mon appartement est à nouveau loué pour 15 jours par une jeune américaine. Ce soir je m’offre une bonne table. Et c’était le cas de le dire, je me suis régalée. J’ai partagé ce repas avec des belges, hollandais et anglais. C’était bien, j’avais un peu l’impression d’être en vacances à l’étranger.

Vendredi 17 juillet 2015- Retour en Haute Vienne

Petites routes de Haute-Vienne

Petites routes de Haute-Vienne

Plus ça va, plus j’ai l’impression que ça monte et que c’est désert. Éviter les nationales et les départementales, c’est vraiment usant. On est obligé de gravir puis descendre les vallons un à un, alors que les voitures et camions, eux peuvent aller tout droit et ménager leurs efforts. Mais le ciel est bas ce matin, le temps est clément et j’avance assez bien.

J’apprécie ma pause à Sauviat-sur-Vige, discute un peu avec le gérant de la supérette et trouve un café ouvert (un des derniers alors qu’il en existait 19 autrefois !).

Quand je repars, un monsieur me dit que la route que je veux prendre monte sacrément et me conseille de commencer à rester un peu sur la départementale, avant de bifurquer. Je suis sceptique mais bon. Finalement, il n’y a pas beaucoup de circulation et des travaux d’enrobage de la chaussée sont en cours. Donc ce n’est pas si terrible. J’y resterai donc jusqu’à Saint-Léonard de Noblat et l’arrivée se fait tranquillement tout en descente et en douceur.

Pic Nic au bord de l'eau à l'arrivée à Soubrebost

Pic nic au bord de l’eau à l’arrivée à Saint-Léonard de Noblat

Le camping est 5km en dessous de la ville. Je descends, descends, descends. Je n’aurai pas le courage de remonter. Je le pose faire cuire mes pâtes au bord de l’eau. Ce soir c’est soirée pétanque, merguez frites. De nouveaux portraits en perspectives ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *