14 et 15 juillet – Creuse pleine de surprises

PrintFriendly and PDF

Mardi 14 juillet – La Souterraine

Je suis finalement restée une journée de plus à La Souterraine, dit La Soute, pour pouvoir profiter du feu d’artifice. Cette journée fut empreinte d’errance et de solitude que le vélo ne vint pas entrecouper, elle fut longue, longue.

J’ai assisté à la cérémonie du 14 juillet le matin. Je suis allée saluer monsieur le Maire, lui faire part de mon projet. Je suis un peu restée au petit apéritif qui était organisé. Je ne me sentais pas très à l’aise.

La Souterraine

La Souterraine

Je me suis isolée pour déjeuner au parc. Puis je suis revenue à la terrasse du bar du camping. Les patrons et employés déjeunaient à côté de moi et j’étais comme une peinture au mur. J’ai mis cette journée à profit pour l’écriture de mes portraits. Je me suis posée sur la place du village avec un magazine. Rien ne vint.

La rencontre n’est pas une chose aisée. Les gens vivent dans de petites bulles qui se côtoient. Je ne leur reproche pas, je fais la même chose quand je suis avec les miens.

A chaque journée, vient sa lueur. Alors que j’étais résignée, Malou, la jeune employée du camping m’a rejoint à la fin de son service. Et nous avons discuté.

J’ai ensuite assisté à un spectacle de cirque et un feu d’artifice très sympas sur fond de chansons françaises à la tour de Bréguier. J’ai quitté cet esprit de fête populaire et bon enfant mais j’ai continué à en profiter depuis ma tente.

Mercredi 15 juillet – Guéret

Quelle idée de charger des voitures sur des camions ?!

Quelle idée de charger des voitures sur des camions ?!

Là encore, la journée n’avait pas super bien commencé. Sur les conseils mal avisés de Malou, j’ai pris la route qui longe l’espèce d’autoroute-nationale qui relie La Souterraine à Guéret. Le soir j’entendais encore le ronronnement incessant du trafic de la quatre-voies dans mes oreilles. Et je me demande à quoi cela sert de transporter toutes ces voitures sur des camions !

Saint-Vaury

Saint-Vaury

A Saint-Vaury, il commençait à faire chaud. Je me suis ravitaillée en eau dans un bar puis j’ai décidé de quitter cette départementale pour m’engager dans les terres. Tant pis pour les montées, je n’en pouvais plus de ce bruit. Je suis passée par La Brionne et j’ai rejoint Guéret.

Il était midi et il faisait déjà très chaud. Je me suis posée au bord de l’étang pour pique-niquer avant d’aller installer mon camp. Un jeune homme en VTT est venu me parler. C’était David, il a été l’occasion d’un nouveau portrait avec une vision bien affirmée des choses, et d’un bon moment partagé.

L’accueil au camping de Guéret a été très chaleureux, j’ai sympathisé avec la gérante et son mari triathlète originaires de Tours. Il m’a prêté une pompe pied, ce qui va redonner un coup de boost à mes petites roues après leurs 550 premiers kilomètres. C’est que demain, ça monte !

Morale de l’histoire, dans la Creuse, il faut savoir être patient. Toutes les belles choses et belles rencontres finissent par arriver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *